Ce navigateur n'est pas compatible avec notre configurateur

Pour une expérience optimal, nous vous conseillons d'utiliser l'un des navigateurs suivants :

  • Microsoft Edge
  • Google Chrome
  • Mozilla Firefox
  • Opéra

Cité du Chocolat

École Gourmet

Billetterie

Boutique

Retrait Boutique

Contact

Chocolat et cholestérol sont-ils compatibles ?

Quels sont les effets du chocolat sur le cholestérol ?

D’une douceur réconfortante et délicatement fondant, le chocolat est une source inépuisable de gourmandise. Toute cette onctuosité est issue du mariage équilibré entre des corps gras, sucrés, parfois aromatisés. Mais souvent, qui dit chocolat dit cholestérol… Pour autant, ce lien est-il réellement fondé ? Ce qui suit risque de vous étonner ! Blanc, au lait ou noir, quel chocolat peut-on manger quand on a du cholestérol ? À quelle fréquence le consommer ? La Cité du Chocolat fait le point sur le lien entre consommation de chocolat et cholestérol.

Est-ce que le chocolat est mauvais pour le cholestérol ?

Pour rappel, il existe deux types de cholestérols dans le corps. Le « mauvais » cholestérol (LDL) est celui qui, en excès, s’accumule dans les artères au risque de les boucher. Le « bon » cholestérol (HDL), aide à débarrasser l’organisme des graisses qui favorisent le mauvais cholestérol.

Chocolat et cholestérol sont parfaitement compatibles

Veuillez le croire ou non, mais le chocolat augmente la production de bon cholestérol et réduit le taux de mauvais cholestérol. Oui, c’est prouvé par de nombreuses études(1,2,3) : les effets du chocolat sur le cholestérol sont positifs ! Des tests réalisés sur une population diabétique(4) et à risque de maladie cardiovasculaire(5) ont d’ailleurs avancé les mêmes résultats. Cependant, ce constat n’est établi que pour un seul type de chocolat : le chocolat riche en cacao.

Ne pas confondre chocolat et cacao

Les bienfaits du chocolat sur le cholestérol sont plus exactement dus aux substances contenues dans la masse de cacao. En effet, cette dernière se compose de polyphénols, des molécules antioxydantes qui agissent sur le métabolisme du cholestérol. Ces propriétés sont directement responsables de la diminution du taux de mauvais cholestérol. Ainsi, plus un chocolat contient de poudre de cacao, plus il sera bénéfique pour la santé !

Quel chocolat manger quand on a du cholestérol ?

Le chocolat noir, le chocolat au lait et le chocolat blanc ont des compositions très différentes. Contre le cholestérol, quel chocolat faut-il privilégier ? Comment bien le choisir ?

Chocolat noir et cholestérol : un duo gagnant !

Pour diminuer le taux de mauvais cholestérol, le chocolat noir est à privilégier grâce à sa plus forte teneur en cacao et polyphénols. Ces molécules, à la fois antioxydantes, antiplaquettaires, anti-inflammatoires et réduisant la pression artérielle, jouent même un rôle protecteur contre les maladies cardiovasculaires(6) ! Notons par ailleurs que le chocolat noir contient beaucoup de lipides et d’acides gras dont l’acide stéarique. Contrairement à d’autres acides gras saturés, ce dernier a un effet neutre sur le cholestérol et s’avère non-athérogène. Aucun risque donc, il ne contribuera pas à l’accumulation de plaques de cholestérol dans les artères.

Attention, le pourcentage indiqué sur les tablettes est le pourcentage de produit issu du cacao… Il combine donc le taux de beurre de cacao (corps gras) ET celui de pâte de cacao (matière sèche). Préférer un chocolat noir est donc le meilleur choix pour préserver sa santé cardiovasculaire ! Optez ainsi pour un Caraïbe 66% aux notes de fruits secs ou pour l’assemblage de pas moins de 7 origines de fèves de cacao avec un Guanaja 70%. Délectez-vous aussi d’une tablette de Tulakalum 75% ou de Komuntu 80%. Ces chocolats intenses célèbrent l’amertume au travers d’arômes riches.

Et le chocolat au lait alors ? Et le blanc ?

Le chocolat au lait et le chocolat blanc possèdent eux-aussi de nombreux bienfaits pour l’organisme. Pour autant, leurs effets sur le bon cholestérol demeurent partiels. En effet, le chocolat au lait contient moins de masse de cacao que le chocolat noir. Le chocolat blanc, quant à lui, n’en contient pas du tout. Ces deux types de chocolats sont en plus très sucrés et riches en graisses saturées qui, en grande quantité, n’auront pas d’effet bénéfique sur la santé. Pour le cholestérol, le chocolat au lait et le chocolat blanc sont donc à consommer avec grande modération ! Profitez ainsi avec modération du célèbre Dulcey, ce chocolat blond plus sucré et gras ou du célèbre Ivoire blanc…

À quelle fréquence manger du chocolat noir contre le cholestérol ?

Cela vous arrangerait-il si l’on vous disait que manger du chocolat tous les jours est bon pour le cholestérol ? En effet, les résultats de plusieurs études(1,2,5,7) sur les effets de la consommation quotidienne de chocolat sont unanimes. D'ailleurs, la dégustation journalière de plusieurs dizaines de grammes de chocolat riche en polyphénols favorise le bon cholestérol et freine le mauvais(6). Laissez donc de côté ce sentiment de culpabilité et autorisez-vous des instants chocolatés décomplexés…

Une sélection de chocolats Valrhona riches en cacao

Pour allier plaisir et santé, laissez-vous donc tenter par les chocolats Valrhona disponibles sur la boutique en ligne de la Cité du Chocolat. Pour vous, notre sélection de chocolats noirs intenses est riche en cacao d’une qualité exceptionnelle. Seul(e) ou accompagné(e), craquez alors pour nos tablettes de dégustation 70 % de cacao et plus, aux profils aromatiques variés. Avec la poudre de cacao ou les copeaux de chocolat Nyangbo 68% Valrhona, réalisez ainsi vos propres boissons chocolatées ! Enfin, si vous désirez faire plaisir, Valrhona propose aussi des coffrets à offrir de chocolats noirs grands crus. Pour tous les goûts et tous les instants, venez enfin découvrir la palette de saveurs intenses, complexes et équilibrées des chocolats noirs Valrhona.

Fèves 4 couleurs Valrhona

Vous l’aurez compris, le cholestérol et le chocolat noir sont parfaitement compatibles ! Une consommation régulière mais modérée de chocolat riche en cacao a donc un impact positif sur la santé cardiovasculaire. Bon pour le cœur, bon pour l’esprit, le chocolat a bien des vertus à offrir. Une bonne nouvelle pour tous les gourmands !

Sources :

(1)Mursu, Jaakko, Sari Voutilainen, Tarja Nurmi, Tiina H. Rissanen, Jyrki K. Virtanen, Jari Kaikkonen, Kristiina Nyyssönen, et Jukka T. Salonen. « Dark Chocolate Consumption Increases HDL Cholesterol Concentration and Chocolate Fatty Acids May Inhibit Lipid Peroxidation in Healthy Humans ». Free Radical Biology and Medicine 37, no 9 (1 novembre 2004): 135159. https://doi.org/10.1016/j.freeradbiomed.2004.06.002.

(2)Corti, R., J. Perdrix, A. J. Flammer, et G. Noll. « Chocolat Noir Ou Chocolat Blanc? Le Cacao et La Santé Cardiovasculaire ». Revue Médicale Suisse 6, no 239 (2010): 499502. https://doi.org/10.5167/uzh-36395.

(3)Yasuda, Akiko, Midori Natsume, Naomi Osakabe, Keiko Kawahata, et Jinichiro Koga. « Cacao Polyphenols Influence the Regulation of Apolipoprotein in HepG2 and Caco2 Cells ». Journal of Agricultural and Food Chemistry 59, no 4 (23 février 2011): 147076. https://doi.org/10.1021/jf103820b.

(4)Mellor, D. D., T. Sathyapalan, E. S. Kilpatrick, S. Beckett, et S. L. Atkin. « High-Cocoa Polyphenol-Rich Chocolate Improves HDL Cholesterol in Type 2 Diabetes Patients ». Diabetic Medicine 27, no 11 (2010): 131821. https://doi.org/10.1111/j.1464-5491.2010.03108.x.

(5)Garcia, Jose P., Adrian Santana, Diego Lugo Baruqui, et Nicholas Suraci. « The Cardiovascular Effects of Chocolate ». IMR Press 19, no 4 (2018): 123--127. https://doi.org/10.31083/j.rcm.2018.04.3187.

(6)Ding EL, Hutfless SM, Ding X, Girotra S. Chocolate and Prevention of Cardiovascular Disease: A Systematic Review. Nutrition & Metabolism. 3 janv 2006;3(1):2.

(7)Baba, Seigo, Naomi Osakabe, Yoji Kato, Midori Natsume, Akiko Yasuda, Toshimi Kido, Kumiko Fukuda, Yuko Muto, et Kazuo Kondo. « Continuous intake of polyphenolic compounds containing cocoa powder reduces LDL oxidative susceptibility and has beneficial effects on plasma HDL-cholesterol concentrations in humans ». The American Journal of Clinical Nutrition 85, no 3 (1 mars 2007): 70917. https://doi.org/10.1093/ajcn/85.3.709.